FETE

TRINITE

 

Trinité

Seigneur Dieu comment Te connaître et t’approcher ?

Tu es la source de toute vie, le Créateur, le Père qui m’aime et veut que je sois vivant comme lui.

Tu es le Fils car en Jésus tu nous ouvre la voie pour que nous marchions sur ses traces et soyons sauvés des abîmes de l’égoïsme et de la mort.

Tu es l’Esprit qui nous console et nous guide sur la route de la vie.

Tu es un car l’amour ne peut se diviser, quand on aime c’est entièrement et tout entier, sinon ce n’est plus de l’amour mais de l’affection, une préférence.

Mais en même temps, Tu te révèles en 3 car l’amour prend des formes toujours neuves pour nous rejoindre.

Par le Père, tu combles mon besoin de force, de tendresse pour que je me jette en tes bras.

Dans le Fils, tu me consoles en me donnant un frère et un modèle nous montrant à quel point tu nous aimes et nous cherches en nous donnant un Chemin, celui du don.

Dans l’Esprit, tu nous rassures en étant le souffle de la prière en nous-même.

Trinité, Mystère insondable car en posant le regard je plonge dans l’immensité de ton amour, Tu es trois car l’amour se communique, se donne ; cela nous appelle à nous plonger au cœur de cet amour, à nous donner car au centre des regards des trois, il y a une convergence, leur Amour n’a qu’un seul objet : nous-même.

Allons-nous refuser cet appel ?

† P Marc Antoine Marie

 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
§
1
2
3
4
5
6
7
8
9
0
-
=
Backspace
 
Tab
q
w
e
r
t
y
u
i
o
p
[
]
 
Return
 
 
capslock
a
s
d
f
g
h
j
k
l
;
'
\
 
shift
`
z
x
c
v
b
n
m
,
.
/
shift
 
 
English
 
 
alt
 
alt
 
 
Paramètres

Toi l'Unique Dieu Trinité (Notre-Dame de Vie)

SAINT SACREMENT

Saint Sacrement

La fête que nous célébrons ce jour est une fête magnifique ; elle est tellement importante que jadis elle portait le beau nom de « fête Dieu ».

Certains d’entre vous se rappellent peut-être des magnifiques processions avec l’ensemble du clergé, les enfants du catéchisme, les enfants de Marie, les rues décorées, les maisons pavoisées, le sol recouvert de fleurs pour faire un chemin au St Sacrement porté sous un dais, encensé sans cesse. Les reposoirs nombreux auxquels nous faisions station, les pétales de fleurs jetées devant l’Ostensoir ; un excès de faste oui, mais pour dire publiquement notre amour, notre vénération du St Sacrement, de Jésus présent dans l’Hostie rayonnante sous les ors du soleil Eucharistique.

Ne voyez pas là un relent de nostalgie, mais un regret à cause de notre manque de foi.

Car que fêtons-nous ce jour ?

La collecte nous le rappelle « dans cet Admirable Sacrement de l’Eucharistie, Tu nous as laissé Seigneur Jésus, le mémorial de Ta passion » :

Et oui face à l’Hostie Consacrée, à chaque Messe, devant le petit morceau de pain sur lequel un pauvre Prêtre a redit, sur ordre de Jésus Lui-même, les paroles que le Sauveur a dit « Ceci est Mon Corps », Cette Hostie nous met en présence du corps même de Jésus, Son corps crucifié, marqué des plaies, mais qui est maintenant dans la gloire du Père.

À chaque Messe au moment de la Consécration le temps semble se rétracter (n’oublions pas que le temps n’est qu’une succession de moments) et Dieu qui est hors du temps, nous place à ce moment-là au pied de la croix, avec Marie et Jean.

Nous sommes à la croix : mais attention cette croix est glorieuse ;

Comme Moïse éleva le serpent d’airain dans le désert afin que quiconque le regarde soit guéri, de même le prophète Zacharie nous l’annonçait : « ils regarderont Celui qu’ils ont transpercé » ; et nous sommes là à regarder, à contempler le Seigneur en Son Corps, Son âme, son sang et sa divinité voilée dans ce simple et pauvre morceau de pain.

Ah mes frères comme nous sommes illogiques ; nous courons pour voir la moindre vedette de la chanson ou du sport, alors que Là sous nos yeux est présent le Sauveur du monde.

Adorer l’Hostie n’est pas faire de la « dévotionette » mais c’est répondre à l’appel de Jésus sur la croix « J’ai soif » et Il avait soif de nos âmes, de notre amour.

Car en « vénérant Son Corps et Son Sang nous ressentions en nous les effets de la Rédemption »

Oui l’Église nous l’affirme en vénérant, en contemplant l’Hostie les fruits, les grâces qui sauvent le monde nous sont donnés, à la mesure de notre amour ;

Car il nous faut vénérer « d’un si grand Amour ».

Oui c’est d’Amour qu’il s’agit.

Dieu a tant aimé le monde qu’il a envoyé Son Fils nous dit Jean et ce Fils, Jésus a tant aimé Son Père et nous tous qu’il a donné Sa Vie sur la croix et qu’Il continue de Se donner sous l’humble signe du pain consacré pour nourrir nos âmes et nos corps.

Alors allons-nous laisser l’Amour seul ? Allons-nous laissez couler le Sang du Sauveur pour rien ?

Rappelons-nous la terrible parole de Jésus en 1675 à Ste Marguerite-Marie à Paray le Monial en Lui montrant Son Cœur Sacré : « Voici Ce Cœur qui a tant aimé les hommes..., mais qui N’en reçoit qu’ingratitudes, mépris et oublis, surtout dans le Sacrement de Son Amour, c’est à dire l’Eucharistie.

Combien de Tabernacle où Jésus est présent et combien personne ne vient adorer.

Comment peut-on passer devant la maison d’un ami sans s’y arrêter me disait-on enfant pour m’expliquer qu’en passant devant une église, il fallait, au moins en pensée saluer le Seigneur.

Car il s’agit bien d’un acte de Foi qu’il nous faut faire : à chaque fois que nous regardons Jésus Hostie et que nous redisons en nos cœurs en acte de Foi « mon Seigneur et mon Dieu » ou « Jésus je T’adore » nous faisons grandir notre Foi ;

Il s’agit aussi d’un acte d’Espérance, car en regardant Jésus Hostie nous sommes emportés dans ce qui sera notre vie plus tard, au Ciel, voir Dieu ; béatitude extrême.

Il s’agit d’un acte d’Amour, car en redisant mentalement ou par nos chants notre amour à Jésus, nous sommes comme Jean reposant sur le Cœur de Jésus : nous aimons tous si maladroitement mais le principal est de faire cet acte d’Amour pour y déposer comme un baiser sur la face de Jésus ; rappelez-vous la joie de Thérèse quand un pétale de rose touchait l’Ostensoir ; plaisir enfantin mais qui dit tout de l’amour et la tendresse.

Alors mes frères prenez en ce jour quelques résolutions pratiques :

-       Ne jamais passer devant une église sans mentalement dire une salutation à Jésus

-       Prendre le temps de Le recevoir dans la Sainte Communion souvent.

-       Prendre le temps de venir adorer chaque semaine le Saint Sacrement.

Alors je vous promets que vous sentirez en vous l’immense Amour de Dieu pour vous, que des grâces vous seront données.

Et n’oubliez pas d’associer Celle qui fut au pied de la croix, Marie la Sainte Vierge, demandez-Lui de vous apprendre à prier Son Fils devant le Saint Sacrement ;

Soyez de petits St Jean qui ne laisse pas la Mère des douleurs seule mais qui de vos yeux de chairs, de vos cœurs ne cessaient de dire d’adorer le Sauveur du Monde, avec Elle louons et adorons le Seigneur en redisant :

Loué et Adoré soit JéSUS au ST SACREMENT de L’AUTEL.

Amen

Fr Marc Antoine Marie †

 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
§
1
2
3
4
5
6
7
8
9
0
-
=
Backspace
 
Tab
q
w
e
r
t
y
u
i
o
p
[
]
 
Return
 
 
capslock
a
s
d
f
g
h
j
k
l
;
'
\
 
shift
`
z
x
c
v
b
n
m
,
.
/
shift
 
 
English
 
 
alt
 
alt
 
 
Paramètres

Seigneur Jesus Tu es présent

SACRE COEUR

SERMON FÊTE DU SACRE CŒUR

 

 

Mes frères,

La fête que nous célébrons ce jour, le Sacré Cœur, n’est pas une fête sentimentale, ni passéiste.

Elle n’est pas non plus ancrée dans une option politique même si en France elle fut récupérée au XIX° siècle  pour devenir l’étendard de l’opposition au laïcisme.

Elle n’est pas sentimentale au sens qu’il ne s’agit pas d’admirer les images du Sacré Cœur produites à cette même époque comme une douceur au gout de sucre d’orge satisfaisant peut être au plus jeune âge mais manquant d’une force virile qui entraine à suivre cette dévotion .

Il s’agit de bien plus que cela, la spiritualité au Cœur du Christ n’est pas uniquement pour les jeunes filles en fleurs ni pour les garçonnets, elle est en fait du feu, elle est le résumé sublime du mystère de la Rédemption.

Le centre de cette fête nous place aux pieds de la Croix. Et que voyons nous ?

Jésus crucifié, mort.

Alors Dieu permet qu’un soldat perce le côté du Christ avec la lance ; geste complètement inutile car Jésus est déjà mort, geste même quasiment barbare et profanation d’un  cadavre ; ce geste est le comble, le sommet de l’abaissement de Dieu  qui même après avoir rendu le souffle laisse son corps profané. Pourquoi ?

La réponse nous vient de suite «  il en sortit aussitôt  du sang et de l’eau ».

Ce sang et cette eau  sont la vie même de Dieu qui s’écoule vers nous alors même que l’âme du Christ en cet instant est aux enfers pour y libérer nos pères captifs.

Les Pères ont tous vu dans ce sang et cette eau les symboles du baptême et de l’eucharistie, les deux sacrements qui nous donnent la vie même de Dieu en régénérant notre âme et en la nourrissant.

Et St Ambroise de s’écrier «  abreuve toi auprès du Christ  car il est la source d’eau vive » cette eau promise à la Samaritaine, cette source prophétisée par Ezéchiel.

Fêter le Sacré Cœur c’est donc nous mettre comme St Jean au pieds de la Croix et y recueillir cette source qui coule depuis continuellement du Christ en gloire dont la plaie du côté reste béante.  «  mets ta main dans mon côté «  dit Jésus Ressuscité à Thomas  afin que celui ci passe par le régime de la foi , et c’est là le chemin qu’il nous faut emprunter , nous heureux de croire sans avoir vu , nous sommes invités à entrer dans le cœur du Christ .

Mais avant cela il nous faut nous tenir debout devant ce cœur transpercé car « ils regarderont Celui qu’ils ont transpercé ».

 Car la lance qui entre dans le cœur du Sauveur ce sont nos péchés, nos péchés qui atteignent Dieu, le blesse, et font saigner son cœur en navrant son âme ;

Reconnaissons le, c’est nous qui blessons si souvent le cœur du Seigneur en oubliant combien Il nous aime.

Mais il ne faut pas en rester là car en contemplant le cœur transpercé nous sommes invités à venir nous y plonger : «  venez  à moi vous tous qui peinez et ployez sous le poids du fardeau, prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur ».

Nous sommes appelés à venir nous blottir dans la plaie sacrée  dont St Bernard nous dit qu’elle est comme un rocher dont parle le cantique des cantiques.

Déposons dans ce cœur tous nos péchés, nos soucis, nos peines, nos joies, toute notre vie.

Car regardez les images de ce Cœur ; il est tout enflammé, et Ste Thérèse de Lisieux de nous dire que tous nos péchés n’est qu’une goutte d’eau au milieu de ce brasier ardent ;

Oui le Cœur de Jésus est brûlant, ces flammes sont des flammes d’amour, pour nous : son Cœur ne cesse de nous chercher, de nous désirer, il ne cesse de crier le «  sitio «  j’ai soif ; et c’est de  nous qu’Il a soif.

Car le Seigneur Jésus  les bras étendus ne cesse de nous attendre, il ne cesse de vouloir nous presser sur son cœur, de faire un avec nous, SI NOUS LE VOULONS.

C’est une histoire d’amour, de passion amoureuse ; et il faut l’avouer d’un amour bien souvent déçu.

Car en fin du XVII°  à Paray le Monial Jésus va apparaître plusieurs fois à celle qui deviendra Ste Marguerite Marie Alacoque .

Nous sommes invités à suivre comme elle, avec elle le même chemin.

En 1673 elle est en prière en ce 27 décembre, fête de St Jean, et elle voit  le cœur de Jésus  surmonté d’une croix, il porte la plaie du calvaire et est entouré d’épines.

Ces épines se sont nos péchés lui dit Jésus , la croix  montre que dès son incarnation la croix fut plantée dans le cœur du Seigneur et que toute sa vie terrestre fut remplie de souffrance endurées pour  nous ;

Et Jésus de dire à Marguerite «  j’ai soif, je brûle du désir d’être aimé »  «  cette soif me consume et Je ne trouve presque personne qui s’efforce de Me désaltérer en  rendant quelque retour à Mon amour ».

Il confie à Marguerite  que partout où son image sera honorée  elle apportera des bénédictions abondantes.

 

En juin 1674, nouvelle apparition  où Jésus dit à Marguerite de suppléer aux ingratitudes des hommes et lui donne le moyen : l’institution de la communion  fréquente, celle de chaque 1° vendredi du mois et l’institution de l’heure sainte chaque jeudi de 23h à minuit  afin de l’accompagner dans sa solitude et sa tristesse mortelle au Jardin de Gethsémani.

 

Enfin en juin 1675 3° apparition avec ces paroles

«  Voici ce cœur qui a tant aimé les hommes qu’il n’a rien épargné, jusqu’à s épuiser, et pour reconnaissance je ne reçois de la plupart qu’ingratitudes, irrévérences, froideur et mépris   surtout dans le sacrement de mon Amour  l’eucharistie »

Et Jésus demande l’institution de la fête du Sacré Cœur, comme suite et la fête du St Sacrement dont elle est comme une apothéose. Fête  où il demande de faire réparation  des dignités par une amende honorable.

 

 

ET nous, mes frères, sommes nous de tièdes ?

Comment se manifeste notre amour de Jésus ?

Comment faisons nous pour ne pas laisser le Cœur de Jésus seul ?

 

 

Avez vous une image du Sacré Cœur, ou un beau crucifix ; est il bien placé, c’est à dire à un endroit où vous le voyez souvent dans la journée ; pensez vous à l’honorez ? à le saluer ?

 

Le centre de la spiritualité du Sacré  Cœur c’est l’eucharistie ;

Communions nous souvent ? le plus souvent possible .

Car , et notre jeune fille qui va faire sa 1°communion va le vivre pour la 1° fois , quand nous communions nous ne faisons plus qu’un avec Jésus , notre cœur est plongé dans le sien ; Jésus prend possession de notre cœur et nous donne le sien .

 

 

De même  adorons nous le St Sacrement ?

Les 1° vendredi du mois sont ils honorés dans nos maisons ?

Adorons nous ?

Mais nous sommes tous si occupés me direz vous  ?

Un petit truc ; envoyez des SMS, oui des Spécial Message au Seigneur ; c’est facile, illimité et gratuit.

Il suffit quand vous voyez un clocher , une statue , une croix  ( dans nos campagnes c’est courant encore ) , devant l’image  bien en vue dans notre maison , dans la page de veille  choisie de notre PC, de lancer  vers le Seigneur une invocation «  Jésus je t’aime » «  Dieu viens à mon aide »  «  Cœur sacré de Jésus j’ai confiance en toi », à vous de choisir ; cela prend 3 secondes ,  et vous consoler le cœur de Dieu ainsi : faites le souvent , plusieurs fois par jour ,  vous verrez …. Des choses vont changer.

 

Prenons le temps , au moins chaque mois d’adorer le St Sacrement .

Quand vous passez devant la maison d’un ami vous vous arrêtez , et quand nous passons devant une église , pensons peut être à y entrer ? ou au moins entrons y en esprit et saluons le St Sacrement laissez là , IL NOUS ATTEND.

 

Ne passez pas une seule journée sans dire à Jésus que vous l’aimez , que vous  voulez L’aimer plus encore .

Et pour le prouver unissez  vous à Lui par de petits sacrifices ( par exemple ne pas répondre  sèchement à celui qui vous cherche , accepter les petites manies des autres , ne pas critiquer, ne pas râler en voiture derrière celle qui avance à 20 à l’heure …..)

 

 

 

 

Si nous prenons ces moyens simples nous répondons aux demandes de Jésus.

Mes frères n’ayez pas peur de vraiment vous donnez à Lui, tout lui donner, quelque soit votre état de vie, rien ne peut le rebuter, Il vous ferra grandir dans la foi, il a promis de protéger les familles   , de soutenir les consacrés ;

Devenez des amoureux de Dieu, soyez passionnés par Lui, par Jésus.

Laissez  vous entrainer par Lui, aimer sans mesure.

Donnez lui votre cœur.

Soyez de ceux qui avec Lui, par Lui et en Lui tiennent le monde et le sauve.

 

Cœur sacré de Jésus, j’ai confiance en Toi ;

 

 

 

P Marc Antoine 

 
Paramètres
 
Paramètres
 
Paramètres
§
1
2
3
4
5
6
7
8
9
0
-
=
Backspace
 
Tab
q
w
e
r
t
y
u
i
o
p
[
]
 
Return
 
 
capslock
a
s
d
f
g
h
j
k
l
;
'
\
 
shift
`
z
x
c
v
b
n
m
,
.
/
shift
 
 
English
 
 
alt
 
alt
 
 
Paramètres

prosternez-vous

Date de dernière mise à jour : 07/03/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site